Harpe

Alienor Guigas-Girard

Aliénor Girard-Guigas débute son apprentissage de la harpe avant ses 6 ans au Conservatoire d’Avignon. Elle y obtient la médaille d’or de harpe à l’unanimité du jury en 2001.

Elle se perfectionne ensuite au cours de master classes et de stages auprès de Suzanna Mildonian, Marie-Claire Jamet (Académie de Villecroze), Isabelle Moretti, Fabrice Pierre et Marie-Pierre Langlamet. En 2004, elle remporte successivement le Premier prix au concours Européen de Picardie, et le Premier prix à l’unanimité du jury au Concours International de l’U.F.A.M.

Parallèlement, Aliénor termine une licence en droit privé à l’Université d’Avignon.

Décidant alors de se consacrer pleinement à la musique, Aliénor Girard-Guigas intègre premier nommé la classe de Fabrice Pierre au CNSM de Lyon. Elle y obtient en juin 2008 son diplôme (DNESM) avec la mention Très-Bien.

Aliénor a développé depuis son répertoire musical au sein de l’Orchestre Français des Jeunes, du Sinfonia Varsovia, de l’Orchestre Philarmonique de Marseille , de l’ Orchestre d’Auvergne , de l’Orchestre Symphonique de St Etienne, de l’Orchestre Symphonique de l’Aube, de l’Orchestre de Limoges, de l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix, de l’Orchestre Philarmonique de Nice, de l’Orchestre Philarmonique de Radio-France et se produit régulièrement à l’Orchestre National de Lyon (tournées Allemagne 2008, Chine 2014, Japon 2014, Vienne-Bratislava 2014, Japon 2016 ), l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence ainsi qu’à l’Orchestre de l’Opéra de Lyon (tournée Japon 2009).

Elle a joué sous la baguette de chefs prestigieux tels que Michel PLASSON , Gilbert AMY, Jean-Claude CASADESUS, Jean-Jacques KANTOROW, Leonard SLATKIN , Jun MÄRKL, Kent NAGANO, Evelino PIDO, Rolf REUTER, Emmanuel KRIVINE, Mikko FRANCK, Kazushi ONO … et dans des cadres variés tels que ceux du Festival Berlioz, du Festival de La Chaise-Dieu, du Festival de la Roque d’Anthéron, des Nuits de Fourvière, des Chorégies d’Orange, du Festival d’Avignon, du Festival Jazz à Vienne, du Festival de Besançon, de la Cité de la Musique, du Palais-des-Papes d’Avignon, du Konzerthaus de Berlin du Kontherthaus de Vienne, du Symphony Hall de Birmingham, du Yokohama Minato Mirai Hall, du Aichi Prefectural Art Theater de Nagoya, du Tokyo Opera City, de l’Opéra de Shanghai ou au Centre National des Arts et du Spectacle de Pékin.

Son attrait pour la musique de chambre l’a enfin conduit à jouer notamment avec l’ensemble à cordes Mare Nostrum, l’ensemble Carpe Diem, la Camerata Franz Schubert ou l’ensemble Sylf (Symphonie Loire-Forez), en formation Chœur et Harpe ou en duo Flûte et Harpe ;en trio Soprano, Percussions et Harpe (programme de chants sacrés et musique sepharade) ; avec récitant ; en quintette avec ses cousins le quatuor à cordes Girard (Danses de Debussy et Conte fantastique de la mort rouge de Caplet) ; enfin avec l’Ensemble du Festival Musique aux Etoiles (Concerto de Glière, Danses de Debussy, Introduction et Allegro de Ravel… ).

Elle privilégie également le duo Violon et Harpe, avec Cordélia Palm, super soliste de l’ORAP (Duo Alcor), dans une formation que les deux musiciennes proposent au public mélomane très régulièrement depuis 15 ans.

Leur entente musicale les a conduites à élargir leur formation en sollicitant la complicité :

  • en 2013 de Fabrice Durand, alto solo de l’ORAP (Trio Séraphin)
  • en 2016 de Valeria Florencio, soprano (Ensemble Hera) dans un nouveau concept de spectacle-concert, associant répertoire hispanique et textes de Federico Garcia Lorca.
  • en 2016 de la Compagnie Tango Magnolia pour « Tango & Arpèges », spectacle intimiste alliant harmonieusement le tango argentin et la musique de Piazzolla.
  • en 2016 de Sophie Saint Blancat (violon solo de l’ORAP), Fabrice Durand (alto solo de l’ORAP) et Emmanuel Lécureuil (violoncelle cosoliste de l’ORAP) (Quintette les Solistes d’Avignon)

Nora Lamoureux

Nora commence l’apprentissage de la harpe à 7 ans dans la classe de Véronique Chenuet et des percussions à 9 ans dans la classe de Alain Henry au CRD de Cholet (49). Elle y recevra les médailles d’or de harpe et de musique de chambre.

En octobre 2001, elle est reçue à l’unanimité au CNSMD de Lyon dans la classe de Fabrice Pierre où elle obtient son DNESM. Elle poursuit ensuite ses études avec l’atelier XXème qui se consacre au répertoire contemporain en petite formation orchestrale. En septembre 2006 elle est admise en Formation Diplômante au CA qu’elle obtient en juin 2008.

Parallèlement à ce parcours, elle est invitée à se produire au sein de divers orchestres tels que l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre Symphonique de St Etienne, l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’Orchestre de la Staadskapelle de Dresde…

Elle sera d’ailleurs finaliste des concours de harpe solo de l’Orchestre Symphonique de St Etienne et de 2ème harpe du Philharmonique de Berlin.

Elle se produit également en musique de chambre dans des formations allant du duo au septuor.

Elle est depuis septembre 2008, professeur de harpe au CRD d’Aix-en-Provence.

Constance Luzzati

L’élargissement du répertoire de la harpe, à travers la création contemporaine et la transcription de musique ancienne, constitue le domaine de prédilection de la harpiste Constance Luzzati. Elle a obtenu en 2014 un doctorat d’interprète (CNSMDP et Université Paris-Sorbonne) qui concerne la transcription pour harpe du répertoire de clavecin français du XVIIIe siècle. Auparavant, un cycle de perfectionnement au CNSMDP avec le claveciniste Kenneth Weiss et un cursus de harpe baroque avec Mara Galassi à Milan lui ont permis de commencer un travail d’interprétation sur le répertoire ancien de façon plus large. Une collaboration avec plusieurs compositeurs (Bruno Mantovani, dont elle a créé Tocar en 2006, ou Édith Lejet, dont elle a créé De Lumière et de cieux embrasés en 2011) lui a donné accès à la musique contemporaine vivante.

Constance Luzzati a eu l’occasion de faire partager au public ses répertoires favoris dans de nombreuses salles parisiennes (Cité de la musique, Maison de la radio, Petit Palais, Grand Palais), françaises (Folles journées de Nantes, Flâneries de Reims, Duo Dijon, Maison de la musique à Nanterre, Festival de Besançon), ainsi qu’à l’étranger (Italie, Espagne, Grande Bretagne, Pays Bas, Hongrie, Japon, États Unis). Elle est lauréate de 5 concours internationaux, dont les premiers prix de la Wales International Harp Competition en 2006 et de la Hungarian International Harp Competition en 2007. Elle est également finaliste au concours international tous instruments Concert Artists Guild à New York en 2011. Elle s’est distinguée en France, notamment en remportant le concours des Avant-scènes du CNSMDP en 2007, et en étant lauréate de Cultures France ainsi que de la fondation pour la vocation Marcel Bleustein-Blanchet.

Les projets associant théâtre et musique lui tiennent également à cœur. Elle a ainsi intégré les mises en scène d’Emmanuel Demarcy-Motta pour des pièces de Brecht et Von Horvath de 2007 à 2011, et créé avec la comédienne Marie-Armelle Deguy et le metteur en scène Jacques Vincey un spectacle autour des textes de Madame de La Fayette. Un cursus à l’école d’art dramatique Florent lui a permis de développer sa compréhension de l’univers théâtral. Elle s’est dans ce cadre produite au Théâtre de la ville à Paris, aux Célestins à Lyon, au Grand T à Nantes, au Théâtre national de Rennes, au Quartz à Brest, à la Comédie de Reims, au Théâtre de l’Ouest parisien à Boulogne, mais également à Porto, Lisbonne, Moscou et Saint Pétersbourg.

Le claveciniste Kenneth Weiss et les harpistes Françoise Netter, Isabelle Moretti et Germaine Lorenzini ont été ses mentors, dont l’enseignement a été complété par celui de beaucoup d’autres professeurs, au CNSMDP, où, avant le doctorat et le cycle de perfectionnement, elle a suivi le cursus complet des classes de harpe, musique de chambre, histoire de la musique, analyse, culture musicale, et esthétique.

Constance consacre également une partie de son temps à l’enseignement : titulaire du certificat d’aptitude à la fonction de professeur de culture musicale, elle enseigne cette discipline au CRR de Boulogne-Billancourt et au CRD de Bourg la Reine ; elle encadre également les travaux de fin d’études au pôle supérieur Paris-Boulogne (PSPBB).

Il est possible de l’entendre sur France Musique, dans des émissions telles que L’atelier du musicien avec Jean-Pierre Derrien, Keske avec Dominique Boutel, Dans la cour des grands avec Gaëlle le Gallic et Sur tous les tons avec François Castang. Elle a enregistré son premier disque, Résonances, autour des musiques contemporaines et anciennes, dans la collection Jeunes solistes du CNSMDP en 2008. On la retrouve par ailleurs dans Musique impressionniste, double CD de musique de chambre enregistré par les solistes de l’opéra de Rouen.

Camille Roux

Née en 1983 à Aubagne, Camille Roux commence ses études musicales dès l’âge de six ans au Conservatoire de Musique d’Aubagne dans la classe de Lydia Laurens. 
En 2000, au Conservatoire à Rayonnement Régional de Marseille, elle obtient un 1er Prix de Harpe et de Musique de Chambre. 
Elle poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon dans la classe de Fabrice Pierre et obtient en 2007 le Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique.
Elle intègre en 2009 le CEFEDEM Sud d’Aubagne où elle obtient le Diplôme d’Etat d’Enseignement Artistique.
En 2001, elle crée pour le 35ème Festival de Musique à Saint-Victor le Concerto pour Harpe d’Henri Tomasi.
Elle se produit lors de festivals, Aix en Provence où elle joue au sein de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, Festival Berlioz, La Chaise Dieu, Festival de Radio France.
Depuis elle joue au sein de différents orchestres, l’Opéra de Paris, l’Orchestre philharmonique de Monaco, l’Opéra de Marseille, l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg ou encore l’Orchestre de la Monnaie de Bruxelles.